Robin - 30 septembre 2014

 

Sandra invite Robin, volontaire à l’Arche à Grasse au foyer du Radeau à témoigner sur la fête à Paray-le-Monial, pour les 50 ans de l’Arche

 

Robin, dans ton année de service civique tu as participé au voyage communautaire vers Paray-le-Monial, que peux-tu en dire ?

 

Pour moi, il y a eu un avant et un après Paray. Le matin du départ, Fred était décédé dans son lit. C’était étrange de faire la fête le soir même : nous étions sous le choc et 2000 personnes ont entonné un Alléluia et sorti 2000 lampions. L’animatrice a confié à nos prières les personnes décédées de l’Arche, plus particulièrement une personne d’Aigrefoin et Fred. Là, j’ai pu pleurer. Mes émotions se sont canalisées sur cet instant-là, à la fois tristesse, joie et compassion… c’était un beau moment.

 

Fais-tu un lien entre ce moment-là et ton engagement de 2eme année de volontariat ?

 

Dans la douleur, on se rassemble. Voir 2000 personnes partager cette expérience m’a vraiment donné l’impulsion pour une deuxième année à l’Arche.

 

« L’Arche, c’est un signe de Dieu pour faire le bien » affirme Jean Vanier. Je me suis dit que c’était peut-être là un signe. Avant je n’avais pas d’intérêt pour la religion, sans pour autant me dire athée. Depuis Paray, je suis plus « amical » avec la foi. Aujourd’hui, j’ose témoigner sans gêne, à l’extérieur de l’Arche.

 

Que retiendras-tu de ce jubilé ?

 

Depuis Paray, où j’ai vécu à la fois le fin fond du tourment et le summum de la joie, je n’ai plus peur. J’ai l’impression d’avoir expérimenté la vie en 3 jours. J’ai pu prendre une autre place dans le foyer, une place plus accomplie. « La vie partagée » a été compatible pour tous… et nous a permis de vivre en foyer des moments magnifiques et sereins, comme cette soirée face à un superbe coucher du soleil à Antibes, tous ensemble.

 

J’ai vraiment bien choisi mon année de service civique !

Les autres témoignages